Zone de Combat (2010)

Crédits

Texte de Hugues Jallon
Mise en scène & adaptation : Julien Barbazin

Narration : Philippe Journo
Musique : Vincent Shrink
Vidéo : Jean-Marie Carrel
Son : Jean-Marc Bezou
Voix : Delphine Horviller

Une co-production : Cie Les écorchés / Collectif 7’ / à part ça ?

Photos : Vincent Arbelet

Dates

  • 2010 - Création à la Ferronnerie (Dijon) dans le cadre des 7/7 du Collectif 7’
  • 2011 - Reprise à ‘’l’Espace Autogéré des Tanneries’’ à Dijon les 22,23 et 24 juin
  • 2012 - Lycée "Le Castel" - Dijon

Le texte de Hugues Jallon pose la question du vécu de sens de l’homme dans un monde post - 11 septembre. Le paroxysme de l’attentat, n’a pas été dans l’attentat lui-même, mais dans sa représentation. C’est cette peur qu’explore Hugues Jallon à travers un groupe qui tente de vivre avec celle-ci, selon un mode paranoïaque : l’angoisse de ses propres représentations.

Les individus qui parcourent ce texte ne s’identifient que par leurs traumatismes ; survivant d’attentat, parent s’imaginant la mort de leurs enfants, personnes ayant pris conscience des menaces nouvelles plus proche d’elles (Terrorisme, infections virales, scandales alimentaires...) Cette zone de combat s’est diffusée, par l’image.

(la télévision) dans les espaces privés, contaminant tout le monde, créant une communauté de terrorisés.

Nous avons traité cette matière littéraire comme une longue litanie introspective et obsessionnelle. Le texte est utilisé comme une matière musicale, rythmique et organique. Le spectacle est construit comme un oratorio avec son narrateur, son orchestre (guitare électrique), son chœur (vidéo) et ses voix solistes (voix off). Il s’agit de combiner tous ces éléments pour rendre compte de ce nouvel état au monde.

 

LE RAPPORT DU PUBLIC

Zone de combat se présente comme la fiction d’une communauté qui se forme pour résister à un état du monde, communauté secrète qui se réunit invisiblement et qui a pour vocation de retrouver son corps. Le public est convié à un séminaire clandestin. Il est accueilli par tous les « acteurs » du spectacle ; le comédien, le musicien, les régisseurs, le personnel du théâtre. En fonction des lieux le public entrera par petits groupes, cheminera dans le théâtre, créant ainsi un sentiment étrange de clandestinité. Le spectacle peut s’installer aussi bien dans les dessous de scéne, dans les ateliers de fabrication, dans les caves et les greniers, mais aussi sur les scène sur lesquelles le public sera installé. Nous casseront le rapport traditionnel scène/salle.

 

LE NARRATEUR

Nous voulons ne pas figurer, ne pas incarner mais laisser, devant, la puissance du texte. Il faut faire naitre organiquement le texte et l’ancrer dans le sol, le béton. Le texte décrit une société vivant dans un flux d’images traumatisées et qui doit retrouver le chemin du langage. Langage qui lui même peut devenir un instrument de combat... Traiter le flux continu, trouver la musicalité des phrases, trouver cette musicalité rythmique.

 

LA MUSIQUE

Le travail de la musique est d’accompagner la naissance, développer, souligner les points d’orgues et garder la charge émotionnelle de cette longue litanie. La musique prend en charge l’aspect organique et obsessionnel.

 

LA VIDÉO

Au début les images vidéo sont totalement au service du séminaire, de la conférence, elles illustrent le discours gris de Hugues Jalon Contre la peur, la vidéo propose des images idylliques, des images de bien être qui prônent l’effacement de l’Image traumatique. Mais déjà il s’agit d’un bien être bien artificiel constitué d’images classiques de fond d’écran d’ordinateurs, images froides, sans âme qui cherchent une certaine forme de dissolution de la mémoire. Mais la mémoire refait sans cesse surface et l’obsession par la répétition des mêmes images transforme la nature même des images et finit par raconter le contraire. Doucement, à l’image du narrateur, les images vont prendre leur autonomie, le sentiment de peur et surtout une conséquence possible de la peur va prendre le dessus. Enfin, puisqu’il est question dans le texte de la relation des hommes entre eux, de notre relation avec l’humanité, il me semble indispensable d’aller jusqu’au bout et de montrer avec force, brutalité et violence ce que l’homme est capable d’infliger à un autre homme.

 

LES VOIX OFF

Les nombreuses injonctions, seront prises en charge, en multi-diffusion, par les voix off impliquant les spectateurs-sujets (voix d’hommes pour les ordres et voix de femmes pour les recommandations). Ces énonciations de la conscience, cette méthode Coué, forme d'autosuggestion qui s'inscrit dans une perspective de développement personnel fondée sur la persuasion par la répétition, est censée entraîner l'adhésion du sujet aux idées positives qu'il s'impose et ainsi un mieux-être psychologique. Ce volontarisme résolument optimiste finira par se transformer et se retourner.